top of page

Épisode 3 : Débuter comme "Illustratrice"

Dernière mise à jour : 28 mars


légende : Histoire sur mesure faite gratuitement pour une abonnée en 2020


Les 5-6 premiers mois, je m'imposais le même rythme de travail que celui que j'avais dans la Start-Up. Je m'étais dit une chose : si je travaille autant pour moi que je travaillais pour eux, ça marchera forcément.


Alors je vous partage mon programme :


En général, je travaillais de 8h à 18h, du Lundi au Samedi, et parfois même le Dimanche.


LUNDI : administratif + postuler à des appels à projets + envoyer moulte mails et portfolio + faire une illustration + réseaux sociaux + poster l'illustration à 18H sur instagram

MARDI : pareil + une Newsletter + travail sur un projet client MAL RÉMUNÉRÉ

MERCREDI : tirer au sort une histoire racontée par un.e abonné.e et la dessiner + envoie par la poste À MES FRAIS + nouveau poste insta + travail sur un projet client MAL RÉMUNÉRÉ

JEUDI : illustration + contact d'influenceurs.euses pour savoir s'ils souhaiteraient une illustration GRATUITE + Faire des MAXI listes d'influenceurs.influenceuses + editeur.ices + boutiques à contacter + travail sur un projet client MAL RÉMUNÉRÉ

VENDREDI : projet client + illustration perso + parfois collabs avec des gens insta

SAMEDI : Illustration et programme de la semaine suivante + calculs des heures de travail + comptes.


Quand je dis "gratuit" ou "projet client mal rémunéré", sur le moment ça me paraissait déjà fantastique qu'on me contacte pour que je crée quelque chose qui sortirait de mon appartement ! À aucun moment je ne cracherais sur ces personnes qui m'ont contactée (enfin si certaines mais je ne les citerai pas sur mon blog, je suis distinguée t'as vu) et qui m'ont fait confiance car :

  1. aucun de nous ne savait la valeur d'une illustration : internet ou nos profs n'en parlent pas ou peu

  2. Oui, j'ai déjà travaillé pas cher et pour de la visibilité. Et, je ne sais pas si ça m'a apporté du travail, mais, quand je débutais, ça m'a donné confiance en moi et, au fur et à mesure j'ai appris à mettre le prix sur les choses. Mais je pense qu'il faut apprendre par soit-même et que "l'intuition" est aussi une très bonne école.

  3. Refuser ou ne pas refuser un client qui paye mal ? Er bien ça dépend de si ce projet vous fait vibrer, s'il est en accord avec vos valeurs, si vous avez le temps de le traiter, si le ou la client.e est sympa ou vous prend pour son esclave. Tout cela rentre en compte. C'est peut être immoral, mais je préfère être moins bien payée mais travailler pour quelqu'un qui sait ce qui veut et qui me contacte pour mon style et respecte mon travail, plutôt qu'une personne qui a trop d'idées, qui veut un résultat en 2 jours et me prendra finalement 6 mois de mon temps, et veut une illustration dans un style qui n'a rien a voir avec ce que je fais :)


Réecrire tout cela presque 4 ans plus tard, me fait me rendre compte de tout ce chemin que j'ai parcouru, de toutes ces choses que j'ai crée, de toutes les personnes que j'ai rencontrées. J'écris ce blog pour moi en réalité.

J'ai l'impression de partager un journal intime. Si c'est lisible et amusant j'en suis ravie :)

Et si ça peut rebooster d'autres personnes, vous donnez l'envie de vous lancer, alors c'est génial !


Et d'ailleurs, je suis obligée de vous parler du moment où je suis sortie de mon appartement pour rejoindre un collectif incroyable et qui a changé ma vie. Et vous raconter au passage la puissance du collectif, car sans les autres, on ne va pas loin !


À très vite :)



11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page